top of page

2024 - 3 Séminaires suivis d'une Soirée à l'Opéra de Paris.


Mythe & Opéra a le plaisir de vous présenter 3 séminaires de développement conçus à partir de la programmation de l'Opéra de Paris 2024.

 



Savoir évoluer dans son mode de gouvernance :

Simon Boccanegra

ou la naissance de l'humanisme.

Verdi, Mars, Avril 2024.


La grande difficulté n’est pas tant qu’il y ait des résistances au changement que de surmonter ses propres résistances à s’y confronter. Diriger implique de savoir écouter la contestation, de les réinscrire dans une perspective plus large, d’ajuster la stratégie établie jusqu’à parfois… savoir évoluer dans son propre mode de gouvernance. Là se reconnaissent les grandes figures de l’histoire : à n’en pas douter, Simon Boccanegra est l’une d’entre elles.


Lorsque Simon Boccanegra est élu Doge de Gênes, il hérite d'une société profondément divisée : aux marchands plébéiens s'opposent les familles patriciennes, elles-mêmes divisées entre Gibelins partisans de l'Empereur germanique et Guelfes partisans du Pape à Rome.

Pour réconcilier ces partis, Simon va profondément faire évoluer le mode de gouvernement de la République. Il ne s'agit plus de prendre appui sur des légitimités toujours contestées mais de favoriser des prises de décision collégiales au sein d'un Conseil animé par des valeur humanistes.

Comment rompre avec les habitudes et faire évoluer les pratiques ? Comment développer intelligence collective et décisions collégiales ? Comment s'assurer de la transmission et d'une transformation durable ?

La naissance ici de l’Humanisme ne se fera pas sans résistances. Simon Boccanegra engagera toute sa personne dans la mise en place de ce nouveau mode de gouvernance qui valorise de manière neuve et inédite le respect de la personne et l'intelligence du collectif.


 


Se Risquer à l’altérité :

Médée

ou la voix d’une femme souveraine.

Charpentier - Avril, mai 2024.


Se tenir sur le seuil, porter son regard au-delà, se risquer à une rencontre… au risque de se perdre, précisément. Fréquenter Médée, c’est accepter d’écouter la différence, de souffrir la contestation, de réinterroger les frontières, de réinterpréter son histoire… tout cela dans les crises et les soubresauts d’une identité arrachée à sa passivité, mais soudain vivante, et en devenir.


Médée sorcière, Médée meurtrière, Médée étrangère… Médée semble incarner tout ce que le société rejette; figure de l’inhumain, elle suscite l’horreur et l’effroi… mais elle fascine aussi, comme si quelque chose d’essentiel pouvait se dire et s’entendre là, à son contact.


Car précisément, il n’est pas dit que Médée soit infanticide ! Dans les textes de la Grèce archaïque, Médée est bien plutôt méditative, guérisseuse, maîtresse des filtres de vie et de mort, habitant les confins du monde. Figure de l’altérité, elle déstabilise les société précisément repliées sur elles-mêmes, les communautés qui n’osent se risquer à la vie.


Ainsi, la Grèce classique a fait Médée infanticide, incapable de reconnaître en elle un féminin qui lui échappe. Ecouter la voix de Médée, ici dans le chef d’oeuvre de Charpentier, c’est s’engager paradoxalement sur le chemin d’une altérité féconde et porteuse d’avenir.


 


Etre présent à l’autre dans sa parole :

Cosi fan tutte

ou l’illusion de la transparence.

Mozart - juin, juillet 2024.


Non pas dire ce que l’on pense, mais s’adresser une personne, unique et irremplaçable. Lui parler au regard de ce qui la concerne, pour partager ce qui nous convoque l’un et l’autre, dans une relation commune en devenir. Trop d’entretiens laissent derrière eux le sentiment d’un rendez-vous manqué, faute d’une parole adressée de soi à l’autre.

Et il faut parfois bien des détours, pour parvenir à une parole authentique, reçue et partagée, dans la présence de l’un à l’autre. C’est à ce parcours que nous invite le « Cosi fan tutte » de Mozart, évoluant dans le registre sentimental de la vie amoureuse, facilement transposable cependant dans la vie sociale et professionnelle, pour qui sait se montrer agile et mobile, précisément.


Comment en effet s'assurer de ses sentiments ? Comment accéder à une expression poétique et sensuelle de ses émotions ? Comment favoriser la résonance des coeurs et des âmes ? Le langage abstrait de la moralité et des serments de fidélité se révèle bien souvent trompeur et contredit par la vie ? Faut-il pour autant renoncer à toute idée d'engagement ?

Poésie du faux départ, séductions feintes, volupté des hésitations, magnétisme de l'amour, ivresse de l'abandon, sérénité de l'amour - la musique de Mozart s'engage avec une exquise sensualité vocale dans le jeu, la surprise, le travestissement, comme s'il fallait de toute urgence se défaire de la séduction des idées.

« Cosi fan tutte » est une invitation à renouer avec le présent de la vie, promesse d'extases et de ravissements. Epouser le mouvement plutôt que de le retenir et se découvrir soi-même au détour d'une mise en scène, ce chef d'oeuvre d'élégance et de délicatesse chante la présence à soi dans la lumière de la rencontre.


 

Pour toute information sur les séminaires de développement Mythe & Opéra,

vous pouvez contacter Stéphane Longeot :

Mail : contact@mythe-opera.com - Mob : +33 6 09 07 72 73.


Comments


Featured Posts
Recent Posts
Search By Tags
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page